Logo Museo Villa dei Cedri - Bellinzona Logo Museo Villa dei Cedri - Bellinzona

DEU  |  ITA  |  ENG

Retour

Partager  

Hortus conclusus. L'illusion d'un paradis

Museo Villa dei Cedri, Bellinzona
21 mars - 9 août 2020

Est-il envisageable d’analyser nos sociétés contemporaines, occidentales en particulier, à l’aune des thèmes religieux et des mythes antiques qui les ont fondées ? Telle est la question que pose l’exposition « Hortus conclusus. L’illusion d’un paradis » en partant de l’allégorie chrétienne du jardin enclos – image du Paradis et de la virginité de Marie – et du mythe grecque de l’Enlèvement d’Europe, qui relate le voyage héroïque d’une jeune fille kidnappée, fondatrice de la civilisation européenne. Si l’art occidental a assimilé et propagé ces deux iconographies depuis le Moyen Âge, leur étude offre à ce jour une clé de lecture pour contempler les œuvres d’artistes contemporains qui explorent la relation entre l’homme et son territoire, entre identité et culture. Au même titre que les Etats-Unis, l’Europe semble défendre aujourd’hui l’idée d’un hortus conclusus , un nouvel Eden inaccessible, encerclé de murs, tant physiques que mentaux. La métaphore thérapeutique du jardin, traditionnellement perçu comme un lieu de retrait contemplatif et spirituel, a laissé place à la vision d’un pays, qui incarne l’espoir d’une vie meilleure de « l’autre côté » du mur.

 

Les œuvres de ces artistes contemporains seront mises en dialogue avec des estampes anciennes du XVe, XVIe et XVIIe siècle d’Albrecht Dürer, Heinrich Aldegrever, Martin Schongauer, Hendrick Goltzius et Remoldus Eynhoudts.

 

Les artistes :

Tonatiuh Ambrosetti, Jean-Marie Appriou, Mirko Baselgia, Jean Bedez, Hicham Berrada, Laura Henno, Alain Huck, Eva Jospin, Mathias Kiss, Emma Lucy Linford, François Malingrëy, Omar Mismar, Adrien Missika, Sandrine Pelletier, Pierre et Gilles, Annaïk Lou Pitteloud, Recycle Group, Mustafa Sabbagh, Conrad Willems.

Sandrine Pelletier (Lausanne, 1976), Who fears the Others, 2017, miroirs, 85 x 220 cm, courtesy the artist
Jean-Marie Appriou (Brest, 1986), The breath of the suns (détail), 2018, fonte d’aluminium, pièce unique , env. 65 x 150 x 225 cm, Courtesy the artist & Galerie Eva Presenhuber, Zurich / New York, © Stefan Altenburger Photography, Zurich
Heinrich Aldegrever (1502-1555/61), Maria mit Kind auf der Rasenbank, 1503, gravure sur cuivre, 10.8 x 6.8 cm, Zürich, Graphiche Sammlung ETH, inv. D 7693, © ETH-Bibliothek Zürich, Graphische Sammlung / D 7693 / Public Domain Mark 1.0
Adrien Missika (Paris, 1981), As the Coyote Flies (détail), 2014, vidéo HD couleur avec son, 14’35’’, réalisé, filmé et édité par Adrien Missika, musique de Victor Tricard, produit par le Centre Culturel Suisse Paris, Courtesy the artist
Pierre et Gilles (Pierre Commoy, La Roche-sur-Yon, 1950 e Gilles Blanchard, Le Havre, 1953), La Vierge à l’enfant (Hafsia Herzi & Loric), 2009, photographie, jet d’encre sur toile, rehaussée à l’huile, pièce unique, 260.5 x 194.5 cm, Courtesy the artists & Galerie Templon, Parigi / Bruxelles, © Pierre et Gilles
Jean Bedez (Colmar, 1976), Sans titre, 2018, sculpture en plâtre, 7 x 23 x 13 cm (sculpture), 11.5 x 14 x 20.5 cm (socle), courtesy the artist & Galerie Suzanne Tarasieve, Paris © Photo: Pierre Maulini. À l’arrière-plan œuvre de Moustafa Sabbagh (Amman, 1961), Made in Italy© – Handle with Care, 2015, 27 imprimés Lambda sur boîte en bois blanc + 3, stèles d’affichage en bois blanc sérigraphiées, 32 x 45 x 8 cm, Courtesy the artist
Emma Lucy Linford (Vevey, 1992), Il vestito della regina, 2020, broderie et pastel gras sur toile coton (3 éléments), 210 x 140 x 0.5-0.25 cm, Courtesy the artist, © Photo: Pierre Maulini
François Malingrëy (Nancy, 1989), Le Jardinier aux fleurs gisantes, 2020, techniques mixtes, env. 170 x 600 x 360 cm (dimensions variables), Courtesy the artist, © Photo: Pierre Maulini
Sandrine Pelletier (Lausanne, 1976), A shadow of a shadow, 2020, lavis à l’acrylique, env. 250 x 2200 cm, Courtesy the artist, © Photo: Pierre Maulini
Annaïk Lou Pitteloud (Lausanne, 1980), Limit of control, 2020, graie, ca. 210 m (dimensions variables), Courtesy the artist, © Photo: Pierre Maulini

Conrad Willems (Ostende, 1983), Construction, 2017, 500 blocs de grès Borrèze beige, 275 x 120 x 110 cm, courtesy the artist, © Photo: Pierre Maulini